ATTENTION !

« PAGES CHOCS » est une rubrique STRICTEMENT RÉSERVÉE à un public MAJEUR et AVERTI.

Elle contient des textes, des images, des vidéos qui peuvent être choquants pour des personnes mineures.

En cliquant sur PAGES CHOCS ou PLUS D’INFOS (dans cette rubrique) vous certifiez sur l’honneur :

Être majeur selon la loi en vigueur dans mon pays et que les lois de mon état ou mon pays m’autorisent à accéder à des sites pour adultes.

samedi 12 mai 2012

fillette de huit ans violée, battue... et étranglée par son beau-père -fotoschoc !

  Les tueurs de la jeune Josivânia Alves dos Santos, 8 ans, retrouvée morte avec des signes d'abus sexuels dans la matinée du jeudi (10/5), dans un village proche de Neopolis, ont été identifiés et arrêtés par la police civile vendredi (11/5)
Le crime qui a choqué la population de la ville serait l'œuvre du beau-père de la jeune victime, Wanderson Silva dos Santos, alias «Junior», 23 ans, et de son pote, Conceicção Genivaldo dit "Geninho", 26 ans...

La fillette a été portée disparue lundi dernier (07/5), avant d'être retrouvée sans vie avec des signes de torture et de sévices sexuels. Le corps de Josivânia était à l'intérieur d'un sac plastique dans un terrain vague dans le village du Haut Saint-Antoine, où la victime a vécue avec son beau-père et trois frères.
 Le beau-père aurait orchestré la mort de Josivânia. Dans son témoignage dans l'après-midi du jeudi 10 mai, Wanderson Genivaldo aurait avoué le crime avec ses horribles détails. Selon un communiqué de la police locale, Wanderson a déclaré avoir entraîné sa belle-fille dans la brousse par une histoire de manchons. Wanderson a attaché Josivânia à un arbre et battue avant de faire appel à Genivaldo, qui buvait à proximité du site, pour abuser d'elle sexuellement. Genivaldo a violé l'enfant. L'accusé a également déclaré avoir de nouveau battu Josivânia avant de l'étrangler par pendaison. Lorsqu'on lui a demandé pourquoi il a commis un crime d'une telle cruauté sur une fillette de seulement 8 ans, l'accusé aurait répondu froidement :"c'était une lâche !".
Les deux hommes se trouvent à la maison d'arrêts de Neopolis, où ils doivent rester en attendant leur transfert dans une prison de la capitale (Brésil). source



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire