ATTENTION !

« PAGES CHOCS » est une rubrique STRICTEMENT RÉSERVÉE à un public MAJEUR et AVERTI.

Elle contient des textes, des images, des vidéos qui peuvent être choquants pour des personnes mineures.

En cliquant sur PAGES CHOCS ou PLUS D’INFOS (dans cette rubrique) vous certifiez sur l’honneur :

Être majeur selon la loi en vigueur dans mon pays et que les lois de mon état ou mon pays m’autorisent à accéder à des sites pour adultes.

vendredi 30 novembre 2012

La Kaaba de BLIDA , avec Abderahmane Aziz, l'artiste qui m'esquinte- FOTO

                                        RE-cliquer à nouveau pour agrandir l'image                      
"À Blida on a rien à ce mettre sous la dent",
a dit avec raison un lecteur de blidardjel, et ça mérite de figurer au top citations (post 1962).
                                           ABDERRAHMANE Aziz (1920 - 1992)


De son vrai nom Abderrahmane Aït Mira, dit Aziz, pseudonyme hérité du poète Moufdi Zakaria, Abderrahmane Aziz est né le 05 Juillet 1920 à la Casbah d’Alger. Patriote engagé et profondément croyant, il s'installa en 1954 à Blida, alors ville d’intérêt touristique au charme fascinant et très convoitée, notamment par les artistes, et où il fut sollicité par Frantz Fanon. Abdrahmane Aziz avait consacré l'intégralité de son parcours artistique à l'engagement patriotique tant par le chant que par l'enseignement didactique. Toute sa vie durant, il s'intéresse au chant qui reflétait la vie sociale du peuple, de la jeunesse, du patriotisme avec une voix chaude et profonde et des paroles claires et sincères. Ainsi durant la guerre de libération, il participe à sa manière au combat psychologique mené par les artistes en faveur d'une prise de conscience du peuple quant à la portée de la Révolution algérienne. Enfant, il  s'inscrira  pour une période de trois ans à l'école coranique à Djamaâ Sidi Ali, situé à l'époque à Bab Djedid. L'école de chabiba, aux environs de Sidi Abderrahmane, l'accueillera par la suite où il se spécialise dans le tajwid du Coran. C'est dans cette école qu'il se forgera notamment aux côtés de Cheikh Mohamed Laïd Khalifa. Celui-ci lui confiera alors un premier nachid afin d'en composer l'air. Pour un coup d'essai ce fut un coup de maître, ce qui incitera le cheikh à lui remettre d'autres textes et d'autres poèmes.Abderrahmane Aziz, un des piliers de la chanson moderne algérienne a été secrétaire national de l'Union Nationale des Arts Culturels (UNAC) dont le secrétaire général était Ahmed Wahbi.
 Après l’indépendance, il se consacra à la chanson enfantine pour reprendre son vieux rêve d’antan. Il l’a fait à l’école Benmrah et au centre culturel de Blida. 
Plein d’enthousiasme, de volonté et de bonne humeur, il nous a quitté discrètement, le mercredi 05 Février 1992 des suites d’un arrêt cardiaque. Il a été inhumé le vendredi 07 Février 1992 à Blida.
 Abderahmane Azziz - Ya Kaaba Sunday Bloody Sunday

1 commentaire:

  1. notre prophète nous interdit ne pas dire de mauvaises choses de nos mort mon feu père été médecin a l'hôpital Frantz Fanon il avait a ma défunte mère que le monsieur en question été venu se cache servie
    ce psychiatrique au temps de la guerre .Et ce monsieur a toujours nié en son vivant d'être de Blida ce qui est vraie que Blida lui a donné une culture (poésie chanson) j en passe oublié qu'il était de Blida merci plutôt B
    D.Ben Achour et autre..

    RépondreSupprimer