ATTENTION !

« PAGES CHOCS » est une rubrique STRICTEMENT RÉSERVÉE à un public MAJEUR et AVERTI.

Elle contient des textes, des images, des vidéos qui peuvent être choquants pour des personnes mineures.

En cliquant sur PAGES CHOCS ou PLUS D’INFOS (dans cette rubrique) vous certifiez sur l’honneur :

Être majeur selon la loi en vigueur dans mon pays et que les lois de mon état ou mon pays m’autorisent à accéder à des sites pour adultes.

samedi 9 mars 2013

FÊTE...DES MORTS -FOTOS (choc)




Indonésie, des morts sortis de leur tombe... pour être rhabillées

Tenus par des membres de la famille, les restes momifiés d'un homme et d'une femme se sont vus administrer leur relooking trisannuel.


 Ce rituel appelée Ma'nene, photographié dans la province indonésienne de Sulawesi, célèbre les disparus et le lien qui existe entre eux et les membres de leur familles. Une fois le rituel accompli et les momies relookées, les corps sont mis au repos pour trois nouvelles années, avant de rejoindre une nouvelle fois le monde des vivants.


 Mais derrière le folklore se cache une triste réalité.
Dans le district de Tana Toraja, où ces photos ont été prises, les rites funéraires sont tellement onéreux que les familles doivent s'endetter sur des années. Face à la pression économique, certains habitants sont devenus pilleurs de tombes dans lesquelles ils volent ces fameuses momies, avant de les revendre à prix d'or aux Occidentaux.
 Le rite funéraire ancestral, le «solo rambu» est devenu un vrai fardeau économique pour les habitants du Tana Toraja, ou «pays des Toraja», une région indonésienne de la province de Sulawesi du Sud, dans l’île de Célèbes. Ces funérailles grandioses et coûteuses obligent les familles à s’endetter sur des années, et certains habitants, pour faire face à la pression économique, sont devenus pilleurs de tombes. Les momies ainsi prélevées dans leurs niches creusées dans la falaise sont ensuite revendues à prix d’or aux Occidentaux.  source
 Cercueils contenant les momies vus dans une maison appelée la tombe Patane pendant le rituel
 Un membre de famille touche le corps préservé de son parent pendant le rite traditionnel 

1 commentaire:

  1. Images à rapprocher d'une tradition malgache consistant à sortir les morts de leur tombe pour leur changer le linceul ; il est vrai que la langue malgache ressemble à la langue indonésienne, surtout à celle parlée autour de Bandjarmasin, à Bornéo...

    RépondreSupprimer