ATTENTION !

« PAGES CHOCS » est une rubrique STRICTEMENT RÉSERVÉE à un public MAJEUR et AVERTI.

Elle contient des textes, des images, des vidéos qui peuvent être choquants pour des personnes mineures.

En cliquant sur PAGES CHOCS ou PLUS D’INFOS (dans cette rubrique) vous certifiez sur l’honneur :

Être majeur selon la loi en vigueur dans mon pays et que les lois de mon état ou mon pays m’autorisent à accéder à des sites pour adultes.

dimanche 24 novembre 2013

Elle dormait toute l'année avec son époux mort. !- CHOC


    Un homme retrouvé momifié à Anderlecht


Macabre découverte, au préalable d’une expulsion à Anderlecht. 
Sordide découverte vendredi passé au sein d’un appartement anderlechtois de la rue de Douvres. Depuis quasi un an, jour pour jour, une femme âgée de 69 ans y dormait à côté du cadavre de son mari âgé de 73 ans, momifié, rapportent nos confrères de La Dernière Heure.
“On pensait que l’odeur provenait de ses poubelles. Elle ne les descendait plus depuis un certain temps et son appartement en était rempli”, expliquent ses voisins.

Résultat ? Il aura fallu attendre qu’un avis d’expulsion ait lieu pour que le propriétaire fasse la macabre découverte . “J’ai déjà vu des morts mais… jamais dans un tel état ! En plus, la dame dormait encore avec le corps de son mari et le cadavre de leur chien à moitié bouffé gisait dans la cuisine à une cinquantaine de centimètres de la table – toute propre – où elle mangeait , détaille-t-il.


Cela faisait une dizaine d’années que Marcel H. louait l’appartement mais il ne payait plus son loyer depuis novembre 2012.
Au propriétaire ainsi qu’à ses voisins, Ghita avait raconté que son mari s’était absenté "pour se faire soigner". Toujours est-il que ses explications se sont voulues plus farfelues face aux policiers locaux. "Mon mari s’est couché hier soir", leur a-t-elle notamment assuré en substance.

D’après les premières constatations du médecin légiste, Marcel H. serait décédé de mort naturelle suite à des problèmes d’asthme.
"Une instruction judiciaire a été ouverte pour faire la lumière sur cette affaire", précise Jean-Marc Meilleur, porte-parole du parquet de Bruxelles. "Une autopsie du corps sera également pratiquée."
Renié par sa famille, Marcel H. devrait ensuite être enterré dans le carré des indigents. Ghita n’a quant à elle pas été privée de sa liberté, ni internée. Elle aurait néanmoins accepté d’être prise en charge dans un hôpital psychiatrique.
                                Le lit a dû grouiller d’insectes"
"Un cadavre peut se momifier dans un environnement sec et chaud. Cela prend au moins une semaine pour arriver à un tel état", explique, à La DH, Philippe Boxho, médecin légiste responsable du centre de médecine légale à Liège. "Dans ce cas de figure, le corps s’est putréfié dans le lit. Ses organes intérieurs ont fondu et se sont liquéfiés. Cela a coulé de partout et le lit a dû grouiller d’insectes, de liquide de putréfaction et d’écoulements divers. Cela devait être une véritable infamie."
                

Quant à savoir comment l’odeur qui s’en est dégagée n’a pas mis la puce à l’oreille des autres locataires…"Même si l’odeur de putréfaction humaine est tout à fait spécifique, beaucoup de gens assimilent cette odeur à celle des poubelles. La momie en soi ne devait plus sentir grand-chose. À partir du moment où la putréfaction est terminée, l’odeur décroît en effet de façon significative."
Philippe Boxho n’en est pas à sa première sordide découverte du genre. "J’ai déjà été confronté deux ou trois à fois à des gens qui continuent à dormir avec le cadavre de leur conjoint(e)", se remémore le médecin légiste. "Ce sont chaque fois des gens qui ont de gros problèmes psychiques ou des personnes âgées qui souffrent de démence sénile. Pour certains, ils ne se rendent pas compte que l’autre est mort. Pour d’autres, ils refusent de le voir mort, un peu comme un déni de grossesse." source

1 commentaire: